La Maison du
                      Violon
Accueil









Bibliothèque - Vidéothèque







Les ouvrages ont été rassemblés ici parce qu’ils contenaient le mot "violon" dans le titre. En fin de liste quelques références de livre dont le sujet -le violon- est le " héros ".


Littérature jeunesse, conte et BD


ADENIS Valentine, Le violon rétréci, La Cagouille, ill., 2004

BANGE (de) M. V., Le violon de la madone, récit instructif et amusant, Casterman, sd,

BEROWSKA Marta,
Qui est là ? Le Violon de Grégoire, Tormont, Montréal, 1996, 8 p. (à partir de 3  ans)
       "Une corde de violon de Grégoire le criquet vient de se briser. Qui pourra l'aider à la remplacer."

BERTHE-LANGEREAU Jean et Perrin Philippe, Le violon des loups, BD, 1986

BILLE Corinna, Le violon de verre, Gerstenberger, 1994

BLITON Enyd, Le Violon du Clan des Sept, Hachette, Bib. rose, 1963, 187 p.
    « Le Clan des Sept aurait-il l’intention de donner des concerts ? Non. Alors, pourquoi un violon ?
Parce que ce violon a toute une histoire. Il a été volé chez un brocanteur dans des conditions mystérieuses. Et dès qu’il y a du mystère dans l’air, le Clan des Sept est en alerte ! »

BORTON DE TREVINO Elisabeth, POSLANIEC Michèle, Le violon du Tzigane, Milan, 1994, 240 p.
       "Le père de Turi, le jeune tzigane, a reçu une lettre de Crémone, l'invitant à diriger l'institut de lutherie. Mais quand on habite en Hongrie, à Budapest, à la fin du siècle dernier, et qu'on est fort pauvre, il faut y aller à pied. Ils devront vivre bien des aventures et affronter bien des dangers."

CARLE Eric, Le violon magique, Editions Fleurus, 1973

CHARPENTIER, Le violon du temps qui passe, Magnard, Théâtre de la jeunesse

CHOUINARD Marc, La complainte du violon dingue, Mille Iles (Quebec), 1996

CLEMENT Claude (conte), CLEMENT Frédéric (illustration), Le luthier de Venise, Pastel (Lutin poche)
    Un court conte d'une jolie poésie et richement illustré

COLOMB J., Le violoneux de la Sapinière, Paris, Hachette et Cie, 1893, 232 p. (ill. par Adrien Marie, 6e édition)

COTTE Gilles, Le violon dingue, édition de la Paix

DEANINCKX Didier, Un violon dans la nuit, 1940 à 1944, les camps et la déportation, Ed Rue du Monde, 2003, 36 p. ill.

DEL DUCA, Le violon des bois, Paris, Les nouveaux contes de Tatie, 1955

FAVARO Patrice, Le secret du maître luthier, Livre de Poche Jeunesse (Aventure), 180 p., à partir de 11 ans
    « Vide ! L’armoire est vide ! Aurait-on volé la formule du fabuleux vernis de maître Antonio ? Pourtant, la veille au soir, le vieux luthier s’est éteint en ne révélant la cachette qu’à Andréa, son meilleur apprenti. Au cœur du XVIIIe, sur les routes de Venise à Paris, une traque sans merci commence… »

FERMINE Maxence, Le violon noir, Points, 126 p.
    « A Venise, alors envahie par les troupes napoléoniennes, Johannes Karelsky, violoniste au talent reconnu dès l’enfance, enrôlé dans l’armée française et blessé au combat, trouve domicile chez un mystérieux luthier, passionné d’échec et amateur d’eau de vie. Très vie, entre ces deux hommes du secret, se noue une complicité faite de respect, de silence e de musique, qui se changera en une amitié que la simple évocation d’une voix de femme, dont on ne sait au juste où elle les entraînera, scellera jusque dans la mort. Le violon noir, douleur et chef d’œuvre du luthier, est-il en fin de compte l’instrument de leur perte ou de leur rédemption ? »

FOGEL Catherine, Pas de violon pour les sorcières, Seuil, 2001, 32 p. (ill. Jolivet Joëlle)

FOREL Dominique, Un Violon de Bucarest, Editions Marabout Junior, 1959

GRIMAUD Michel, Le violon maudit, Folio junior, Gallimard, 2000, 107 p.
    « La maison des Coquelin est hantée : le fantôme d’Adèle, morte en pleine jeunesse, traverse les murs et joue de bien mauvais tours. Tristan, son arrière-petit-fils, lui ressemble étrangement et montre des dons exceptionnels pour la musique. Adèle l’adore. Un jour, elle offre à Tristan un violon magique qui fera de lui le plus grand virtuose. Mais il y a un prix à payer : Tristan doit devenir bossu… »

GRUMBERG Jean-Claude, Le petit violon, Actes Sud Jeunesse

GUILCHER J.-M., Le Violon Enchanté, Les albums du père Castor, Flammarion, Paris, 1969, 24 p.

GUILLEMONT-MAGITOT G., Lully, petit Violon du Roi, édition de l’amitié, G. T . Rageot, 1950, 258 p

GUTMAN Claude, Mon dernier cours de violon, Nathan, 2003, 32 p. ill.

HAUSFATER-DOUIEB Rachel, Viola Violon, Flammarion (Castor poche), 72 p., dès 11 ans
    « Viola a onze ans et déteste son prénom jusqu’au jour où Benny la surnomme « Viola Violon » : alors, pour que son prénom soit aussi beau que la musique d’un violon, Viola décide d’apprendre à jouer de cet instrument. Au fil des années, Viola va trouver son identité et s’accepter telle qu’elle est, grâce à la musique. »

JACOB Jérome, Indiana Jones Jr et le violon du métropolitan, Bibliothèque verte,1997

JACQUET-SILBERSTEIN Violette., PINGUILLY Yves, Les sanglots longs des violons, Avoir 18 ans à Auchwitz, Oskar Jeunesse (à partir de 9 ans)

JAMIAQUE Yves, Un extravagant violoniste, Hachette, Bib. verte, 1969, 184 p.

JUREDIEU Joseph, Chenillou et son violon, Magnard, 1990

KRUIS Jan, Jean, Jeanne, accordons nos violons, éditions Lombard BD

LEMONNIER C., Le noël du petit joueur de violon, Encre bleue, 1998

MAC KEE David, La triste histoire de Marguerite qui jouait si bien du violon, Le Seuil, 1987, 28 p.

MAËL Pierre, Petit Ange, Tours, A. Mame et fils, 317 p. (ill. Alfred Paris)

MARCHEROT R., Sibylline et le violon de Zagabor, Ed. Dupuis, BD, 1984

MENARD Jean-François, Le violon noir, Basile et Antonin, coll. Masque Jeunesse, 1983 (ill. Yves Beaujard)

MESTRON Hervé, Un violon dans les jambes,Syros jeunesse, 2006

MAC MYLOR Phil, Un petit air de violon, Père Castor, 1999, 32 p.

MENUHIN Yehudi, HOPE Christophe, Le roi, le chat et le violon, Gallimard, 1983, ill.

MIETTE Jacques, La légende du violon, Editions Jacques Vautrain, 125 p. (ill. de J.-M. Curutchet)

MONCOMBLE Gérard, Octave et son violon, Bordas, 1990

MULLER Gerda, Quand Florica prend son violon, Archimède, 2001, 31 p. ill.

PEF, Huit ans de violon, Gallimard jeunesse, 1990

POMMIER Maurice, Livia, Paul et le Stradivarius, Folio junior (Drôle d’aventures), 92 p., ill., à partir de 9 ans
    « Dans la famille Staccato, le grand-père est luthier, le père est luthier, et le petit Paul sera… Devinez. Alors que font-ils ils construisent et réparent des instruments à cordes. Un jour, ils réparent le plus beau violon du monde, un Stradivarius. La pièce est rare, convoitée par de grands escrocs et… volée. Entrez dans l’atelier de lutherie, découvrez les secrets de fabrication du violon et trouvez le coupable. Au passage, vous vous régalerez ! »

QUINE Caroline, Alice et le Violon Tzigane, Bibliothèque verte, Hachette, 1978 (VO 1947) 180 p.
    « Des applaudissements frénétiques ébranlèrent la salle du conservatoire de musique de River City. Ravissante dans une robe du soir blanche, Alice Roy battait des mains pour saluer le talent d’Alfred Blackwell, violoniste de réputation mondiale. 3 oh ! Papa, comme il a bien joué cet air tzigane ! » murmura la jeune fille à l’oreille de son père. »

REDANGES Jacques, Chante, petit violon, Le roman illustré, 1949, 32 p.

ROUVROY André, Le violon magique, conte populaire sicilien, Paris, Edition des artistes, 1945

SONOLET Louis, Le petit violon de la grande demoiselle, Alfred Mame et fils, Tours, 1931

VINCENT Gabrielle, Ernest et Célestine, musiciens des rues, Les petits Duculot, Casterman, 2003, 25 p.
    « Il pleut dans le grenier ! Il faudrait réparer le toit. Mais comment faire ? Cela coûte cher ! Célestine a une idée : et si Ernest jouait du violon dans la rue. »

CHARLY Isabelle, Massenot Véronique, Milos (Y a un os !), Gautier-Languereau, 2006

PESKINE Brigitte, Lucas et Compagnie, Pour un oui, pour un non, Hachette, 128 p

SFAR Joann, Klezmer, La Conquête de l'Est, tome1, Gallimard, 2005
SFAR Joann, Klezmer, tome 2 et 3, Gallimard, 2006




CONTES

CHEZE Bernard, Contes à musique, Seuil, 140 pages sans illustrations

HOFFMAN Ernest. Th. A., Le violon de Crémone et autres contes, éditions Ratier, Paris, 1943

LEIGH FERMOR Patrick, Les Violons de Saint–Jacques, Albin Michel, 1956, 189 p. (conte des Antilles)

Petites histoires pour faire de beaux rêves, 9 histoires dont "La fée du violon"

VORISKOVA Marie, Contes tziganes, Gründ, Paris




Romans adultes


ADELINE Jules, La Légende du Violon de Faïence, Paris, Librairie L. Conquet, 1895

ALEICHEM Chalom, Un violon sur le toit, Albin Michel, 1990

BEAUCHEMIN Yves, Le second violon, éditions du Club Québec Loisirs, 1996

BENTZON Th., Le Violon de Job, Paris, Michel Levy, 1875

BIALOT Joseph, Un violon pour Mozart, Gallimard, série noire, 1989

BUFFAT François, Le Violon d’Henri, L’Haramattan, 2001, 220 p.

CAMILLERI Andréa, La voix du violon, une enquête du commissaire Montalbano, Pocket, 2003

CARDINAL Phil., SAX Nancy, Les violons…encore les violons, Julliard,1968,188 p

    "Que Gilles, son époux, soit également son "maître" n'empêche pas, au contraire, Bénédicte d'être une jeune femme très libre. Elle croit d'abord ne satisfaire qu'un caprice raffiné en subjuguant Eric, un éphèbe estudiantin dont elle joue, pour leur plus vif plaisir mutuel, comme d'un violon. Mais en découvrant peu à peu que leur aventure fait de l'adolescent un homme, Bénédicte doit reconnaitre sa passion pour Eric...."

CARTLAND Barbara, Les violons de l’amour, Éditions De Trévise, 1984 (VO 1980), 185 p.

CHAMPFLEURY, Le violon de faïence, Ombres, 1996 (1e éd. 1877)

CHILD L. et PRESTON D., Le violon du diable, L’archipel (roman policier), 2006

DANTAN Olivier, Un violon au pays des guitares, Amalthée, 2006

DASSAULT Martine, Le temps du violon, Ed.du Rocher, 2007, 180 p.

DEDEYAN, Le violon et la croix, Gallimard, 1952

DEMURE Jean-Paul, La belle dame dans un violon, éd. Gallimard, 1986, 214 p.

DEREME Tristan, Le violon des muses, Grasset, 1935, 334 p.

DELLY, Le violon du tzigane, Édition du Dauphin, Paris, 1950, 223 p.

DESFONTAINE Camille, Le violon de Marcelle, Gedalge, 123 p.

DE VILMORIN Louise, Le violon, NRF, Gallimard, 1960, 153 p.

DE VILMORIN Louise, Le violon de Crémone, Gallimard, 2007

DESCHAVANNES Alice, Le violon sur la dune, Paris, éd. de Montsouris (Coll. Stella n°579), 1952, 128 p.

DEVOLDER Edy, Le violon de Soutter, Ed. Esperluète, 2003

DIWO Jean, Les violons du Roi, Denoël, 1990

EGOLF Tristan, Jupons et violon, Gallimard, 2003, 216 p.

FERMINE, La neige et le violon, Arléa, 2005

FLEISCHER Alain, La hache et le violon, Point, 2005

GERMONT Michel, Les violons de Budapest, Fleuve noir, 216 p.

GIRARD F., Fourlanty E., Le violon rouge, Desclée de Brouwer, 1999

GIRARDIN J., Second Violon, librairie Hachette, 1907

GRASSET Jules, Les violons du diable, Fayard, 2004, 248 p. (prix du quai des orfèvres 2005)
    « Les voutes de Saint-Louis-en-l’Ile vibrent d’un son ensorcelant… Seule fausse note à cet enchantement, un concert de crimes avec, en ouverture, la dépouille du curé. De drôles de paroissiens fréquentent le quartier. Entre artistes et grand banditisme, le commissaire Mercier, lui, connaît la musique. Sur cette île chargée d’histoire, l’enquête décryptera-t-elle le code intime signé « Cremonensis faciebat… » ? »

HIQUET andré, Le violon s'était tu, éditions bonne presse, collection la frégate 1951, N° 55, 128 p.


JABLONSKI Carla, Le violon ensorcelé, Charmed n° 7, Fleuve noir, 2003, 192 p.

KATZ Jean-Philippe, Violons et fantômes, Littera, 149 p.

LAGERLÖF Serge, Le violon du fou, Actes Sud, Babel, 2006

LEBEAU Alain, Le violon sur les vagues, Editions Traces, 1996, 150 p.

LE GUEVEL B., Violon dingue au festival, Astoure, 2005

MALKINE Georges, A bord du violon de mer, La Différence

MAON Eugène, Le violon de per-olof, Mols, 1997, 176 p.

Mc BAIN Ed, Jouez violons, Presse de la cité, Sang d’encre, 2006

MOÏ Anna, Violon, Flammarion, 2006, 224 p.

MOLIN-VASSEUR Annie, Ciao les violons, Hexagone

MERLEAU-PONTY Jules, Le chasseur de violon, Olivier Orban, 1986, 92 p.

NEELS Betty, Les Violons d’Avril, Harlequin (Série Blanche)

PARCHLINIAK Jean-Philippe, Violon du Poilu, Dumerchez théâtre, 2001

PAVLOVITCH Tchekhov Anton, Fleischmann Benjamin, Le violon de Rothschild, Actes Sud, 1996

PESSOA Fernando, Le violon enchanté, Christian Bourgeois, 1992

PETIT Marc, Le premier violon de Guarnérius, L’arbre vengeur, 2004, 176 p. ill.

PRESTON and CHILD, Le violon du diable, 2006 (policier)

RAYNAUD Jean-Pierre, Le violon magique, L’Harmattan, 2005

RAVEL Denis, Le chant du violon, la Compagnie littéraire, 2005

RENAUD J. Joseph, Le violon fantôme, Police Secours Collection, 1938

RICHARD Pierre, La mésange et le violon, Soc. des écrivains, 2001, 275 p.

RICE Anne, Le Violon, Pocket, 1999, 245 p.

SAGAN Françoise, Les violons parfois, Pocket, 1992

SHAMIR Igal, Le violon d'Hitler, Plon, 2008, 300 p.

SONKIN François, Le petit violon, Gallimard

STAMMLER Annie, Concerto pour violon, L’Harmattan, 2003

STAMMLER Annie, Un violon imaginaire, L’Harmattan, 2002

SUBROCK J., Le violon cassé, Jcl Chicoutimi, 1996

TCHEKOV Anton, Le Violon de Rotschild, Edition Alinéa, 1986

TROY Simon, Au son des violons, Presses pocket, 1971, 254 p.

VENDAMME P., Le violon assassiné, Syros, 1997

VERLET Agnès, Les violons brûlés, La Différence, 2006

VINCENT Gabrielle, Le Violoniste, Rue du monde, 2006

ZARGANI Aldo, Pour violon seul : mon enfance dans l'en-deçà, 1938-1945, Eclat, 2000



AMOYAL Pierre, Pour l'amour d'un Stradivarius, Fayard, 2004

ARDITI Metin, La Pension Marguerite, Actes Sud, 2006

DELALANDE Arnaud, La Musique des morts, Le Livre de Poche, 2006

DIWO Jean, Moi, Milanollo, fils de Stradivarius, Flammarion, 2007, 389 p.

GUIRCHOVITCH Léonid, Têtes interverties, Verdier, 2007

HIGGINS-CLARK Carol, Sur la corde, Albin Michel, le livre de poche, 1999, 350 p

    « Et dire que Reagan Reilly, la détective de charme, voulait profiter de la Fête nationale pour se reposer chez ses parents !... Un simple concert de country music, qui doit justement se dérouler dans cette villégiature de luxe des Hamptons, va bouleverser tous ses projets. Une jeune chanteuse, menacée par des lettres anonymes, lui demande protection. Ne possède-t-elle pas un violon qui semble susciter bien des convoitises, et qui selon la légende, provoquerait la mort de quiconque l’emporterait hors d’Irlande ? »

JOFFO Joseph, Anna et son orchestre, Livre de Poche, 1975, 283 p.

    « Histoire d’une petite fille dont le violon, compagnon magique, va sauver la vie, Anna et son orchestre est aussi le récit haletant et multicolore d’une famille en cavale à travers l’Europe orientale… Celle de la Belle Epoque, où les nuits de prince ne s’évanouissent au point du jour que pour renaître inlassablement, soir après soir, dans la fièvre et le tumulte, pour le seul plaisir de la fête… »

LE PORRIER Herbert, Le luthier de Crémone, Le Livre de Poche, 1977, 155 p.

NAPOLETANO Philippe, Les hirsutes, Robert Laffont, 2005



Ouvrages Specialisés


Ce sont des livres traitant de la lutherie, des études musicologiques ou encore des témoignages.


ALTENBURGER Paul, Manuel de lutherie, Vial, 156 p.

BOUET Jacques, Lortat-Jacob Bernard, A tue-tête, chant et violon au pays d’Oach, Roumanie, Soc. d’ethnologie, 2002, 333 p.
    « Consacré à une petite population du nord de la Roumanie, ce livre traite d'une musique déroutante pour l’oreille occidentale — d'une musique jouée sur un violon d'une espèce particulière ou chantée dans un registre très aigu —, dont la structure motivique et la forme « indéterminée » avaient déjà intrigué Bela Bartok au début de ce siècle »

CABOS Francine, Le violon et la lutherie, Gründ, , 1948

CLAUDEL Jean-Paul, Le violon et Mirecourt, Ed du Sapin d'Or, Epinal, 1974, 79p.

COUESSIN (de) Charles, PROUVOST Gaëtane, LANDOWSKI Marcel, Zino Francescati, le chant du violon, L’Harmattan, 2000, 272 p.

CHARLES-DOMINIQUE Luc, Les ménétriers français sous l’Ancien Régime, Klincksiek, 1994,324 p.

COUSINEAU Jean, De la nature du violon, Louise Courteau

DORIAN Jean-Pierre, Un violon parle, souvenir de Jacques Thibaud, Editions du Blé qui Lève, 1947

FLAMMER, TORDJMANN, Le Violon, Jean-Claude Lattès

FOURNIER Bernard, L'esthétique du quatuor à corde, Payard, 1999, 705 p.

GIL Dominic, Le grand livre du Violon, Van de Velde, 1984, 256 p.

GRAPPELLI Stéphane, BRAMY J. M., Mon violon pour tout bagage, Calman-Lévy, 1992

GREISLAMER Lucien, L’hygiène du violon de l'alto et du violoncelle, Paris, Delagrave, 1911, 124 p.

HOFFMANN Georges, Stradivarius l'enchanteur, Grasset, Genève, 200p.

HOPPENOT Dominique, Le violon intérieur, Van de Velde, 1981, 256 p.

LEMOU Pierrick, Le violon en Bretagne, in : Revue Armen, Le Chasse-marée, novembre 1993, n° 55

LEIPP Emile, Le violon, histoire, esthétique, facture et acoustique, Hermann, Actualités scientifiques et industrielles, 1965, 127 p.

LEIPP E., La sonorité du violon, de l’alto, du violoncelle, étude analytique, 1952

MAGIDOFF Robert, Yehudi Menuhin, Corréa Buchet / Castel, 1957, 270 p.

MASSIN Brigitte, Les Joachim, une famille de musiciens, Fayard, 1999, 449 p.

MELKUS Eduard, Le violon, une introduction à son histoire, à sa facture, à son jeu, Payot, Lausanne, 1977, 126 p.

MENUHIN Diana, Compagne d’un violon, ma vie avec Yehudi, Gallimard, 1984, 344 p.

MENUHIN Yehudi, La légende du violon, Flammarion, 1996, 302 p., ill.

MENUHIN Yehudi, Le violon inachevé, autobiographie, Seuil, 1977, 381 p.

MENUHIN Yehudi, L’art de jouer du violon, Buchet-Chastel, 1990

MENUHIN Yehudi, MELLIN Claude (ill.), Le violon de la paix, Alternatives Pollen, 2004

MENUHIN Yehudi, PRIMROSE William, Violon et alto, Hatier, Paris, 1978, 208 p.

MOUZAT Eric, PLANCHAT Fabrice, La lutherie, une divine passion, 2001 (CD inclus)

PINCHERLE Marc, Le violon, PUF, Que sais-je ?, 1974, 127 p.

PINKSTERBOER Hugo, L’indispensable musical, Violon & Altos, The Tipbook Company, 142 p., 2002

POMER V., Le violon sans douleur, Presses universitaires d’Ottawa, 1998

SIBIRE (Abbé), La chélomanie ou le parfait luthier, Bruxelles, A. Looseldt, 1885 (1ère éd. 1803)

SORIANO Marc, BOUCHERIT Jules, Les secrets du violon, souvenirs 1877–1962, Ed. des Cendres, 1993

STERN Isaac, Potok Chaïm, Mes 79 premières années, Nil, 2000, 360 p.

Violon populaire, le caméléon merveilleux, ouvrage collectif, éditions Modal, 2003, 219 p.

Violon Vuillaume, Ed. Imprimerie Nationale, 1998

WOOD Benjamin, L'art mystérieux du violon, Paris, éd.Maurice Sénart, 1927, 117p.

La mort du petit violon, Spécial Arman, Revue L'humidité n°22, Avril 1974



Filmographie


Envoyer les violons
de Roger ANDRIEUX avec Anémone, Richard Anconina

Violon d'Ingres
de  Jacques B. BRUNIUS, film en noir et blanc, 1939, tous publics

Louis et le Violon Noir
de  Michel FAVART , série TV Louis la Brocante avec Victor Lanoux

Le Violon Rouge
de  François GIRARD , scénario : Don McKellar et François Girard.
avec : Jean-Luc Bideau (Georges Poussin) – Jason Flemyng (Frederick Pope) – Sylvia Chang (Xiang Pei) – Don McKellar (Evan Williams) – Samuel L. Jackson (Charles Morritz)
Durée : 2h20. Sortie le 22 Septembre 1999

Un violon sur le toit
de  Norman JEWISON, comédie musicale américaine en couleur, 1971, tous publics
avec Chaïm Topol , Norma Crane , Leonard Frey , Paul Mann , Rosalind Harris

L'Enfant au violon
de  Chen KAIGE, drame chinois en couleur, 2003, tous publics
avec Tang Yun , Liu Peiqi , Chen Hong , Wang Zhiwen , Chen Kaige

Le Rouleau compresseur et le violon
de Andreï TARKOVSKI, comédie dramatique soviétique en couleur, 1960, tous publics
avec Igor Fontchenko , Vladimir Zamanski

Le Violon
de Francisco VARGAS, drame

avec Dagoberto Gama ("Capitaine"), Fermin Martinez ("Lieutenant"), Don Angel Tavira ("Don Plutarco"), Mario Garibaldi ("Lucio"), Angeles Castro (Production), Hugo Rodriguez (Production), Francisco Vargas (Scénario)

Les violons de la calomnie
Une enquête de maître Da Costa avec Roger Hanin


Dans les chansons…

Amiati, Le violon brisé
      Ils ont brisé mon violon
      Parce que j'ai l'âme française
      Et que sans peur, aux échos du vallon
      J'ai fait chanter la Marseillaise

Gilbert Bécaud, Quand Jules est au violon
    Quand Jules est au violon
    Et Léon à l'accordéon
    Faudrait avoir deux jambes de bois
    Pour ne pas danser la polka.

Elyane Célis, Beau soir de Vienne
    Les sanglots longs des violons
    Venaient mourir dans la nuit brune
    Et leurs amours vainqueurs
    Unissaient nos cœurs dans cet extase du bonheur

Alain Chamfort, Les violons ne sont plus ce qu’ils sont
    Ce soir je donne une déception
    Ta présence me f'rait le plus grand mal
    Les violons n'étant plus ce qu'ils sont
    Le silence ouvrira le bal.

Robert Charlebois, Avril sur Mars
    Je m'enfonce dans l'enfer blanc
    Malgré mes violons en fer blanc,
    Mon piano allemand
    Et ma fusée d'argent.

André Claveau, Mon cœur est un violon
    Mon cœur est un violon
    Sur lequel ton archet joue
    Et qui vibre tout du long
    Appuyé contre ta joue.

Julien Clerc, Jouez violons, sonnez crécelles
    Jouez violons, sonnez crécelles
    En souvenir des demoiselles
    Des demoiselles aux longs jupons
    Sonnez crécelles, jouez violons

Annie Cordy, Papa banjo, maman violon
    Papa banjo, maman violon,
    Pépé banjo, mémé piston,
    Vous parlez d'une drôle de clique,
    Vous parlez d'un orphéon.

Gaston Couté, Nos vingt ans
    Pourquoi des clairons, des tambours ?...
    Le violon jase au fond des charmilles,
    Les galons et les brandebourgs
    Ça fait mieux autour du jupon des filles !

Dalida, Les violons de mon pays
    Les violons de tous les pays
    Qu'ils nous viennent de France, d'Autriche ou d'Italie
    C'est toujours, quand on est amoureux
    Qu'ils sont plus langoureux
    Pour chaque fille, chaque garçon
    L'amour fait chanter ses violons

Dalida, Quand s'arrêtent les violons
    Je ne veux plus penser
    Je veux me ranger des illusions
    Il faut rire il faut chanter
    Quand s'arrêtent les violons.

Jo Dassin, Côté banjo, côté violon
    Côté banjo there's always St. Francisco Bay
    Côté violon toujours Paris au mois de mai

    Et j'aime côté banjo les grands serments sur un gratte-ciel
    Côté violon les petits dîners aux chandelles

Elsa, Bats toi
    Quand tous les violons dans la ville
    Ont des sanglots longs pour toi
    Dis pas j'ai l' cœur trop fragile
    Va pas t' cacher mais bats-toi

Léo Ferré, C’est extra
    Ces bas qui tiennent hauts perchés
    Comme les cordes d'un violon

Léo Ferré, A toi
    Des violons barrissant les complaintes futures

Frédéric François, Bohémienne et Diva
    Quand elle danse aux étoiles, les violons du bal,
    Ne jouent que pour elle
    Les passions se dévoilent rêvant d'une escale,
    Sur sa peau sensuelle

Serge Gainsbourg, Un violon un jambon
    Suspends un violon un jambon à ta porte
    Et tu verras rappliquer les copains
    Tous tes soucis que le diable les emporte
    Jusqu'à demain.

Jean-Jacques Goldman, Tournent les violons
    Tournent les violons
    Grande fête au château il y a bien longtemps
    Les belles et les beaux, nobliaux, noble sang
    De tout le royaume on est venu dansant.

Grand Dérangement, Entends-tu le violon ?
    J'ai traversé l'univers
    Un million d'années-lumière
    Au fil des âges, j'ai découvert
    Chansons des humains de la terre
    J'amène avec moi le son du violon

Juliette Gréco, L'accordéon
    Ils sont comme cul et chemise
    Et quand on les verbalise
    Il accompagne au violon
    Son accordéon

Johnny Halliday, Entre violon et violence
    Mon cœur se bat et mon cœur danse
    Je suis patience et passion
    Entre violon et violence

Serge Lama, A chaque son de cloche
    Les insectes se meurent et les oiseaux s'en vont,
    Les trompettes se taisent, arrivent les violons....

Serge Lama, Stéphanie joue du violon
    Dans le secret de son alcôve
    Stéphanie joue du violon
    Elle est si seule, la pauvre,
    Dans cette grande maison.

Boby Lapointe, Je joue du violon tzigane
    Y'en a qui prétendent que le violon ne supporte pas la médiocrité.
    C'est faux ! Le violon supporte la médiocrité.

Maxime Le Forestier, Affaire d’état
    Dans un état qui déchante
    Et dans un monde qui gueule
    Il faudrait des violons
    Il en faudrait cinquante
    Pour un qui danse tout seul
    Au milieu du salon

Les Compagnons de la Chanson, Un violon sur le toit
    Que signifie ce violon sur le toit
    Qui fait parler les nuits
    Et claquer les matins?
    Pourquoi choisir un si curieux endroit
    Pour jouer son petit refrain?

Jean Lumière, L’âme des violons
    Écoutez l'âme des violons
    Chansons d'amour, chansons joyeuses
    Les musettes et les Ninon
    Prennent des poses langoureuses
    Par les notes endiablées
    Passant dans des rythmes profonds
    Les femmes sont ensorcelées
    Quand chante l'âme des violons

Les 1001 vies d’Ali Baba (comédie musicale)
    Faut pas se fier aux apparences
    Il a beau me faire les violons
    Je ne crois pas ses confidences
    C'est pas l' patron

Morgane, Nous on veut des violons
    Nous, on veut des violons,
    On veut tout un orchestre
    Et puis des émotions,
    Et puis des nuits d'ivresse.
    Nous, on veut des violons.

Joël Prévost, Il y aura toujours des violons
    Mais il y aura toujours des violons pour jouer les chansons d'amour

Tino Rossi, Un violon dans la nuit
    Dans la nuit un violon joue presqu' en sourdine
    Pour nous seuls, sa mélodie tendre et câline.

Nathalie Simard, A ton départ
    A ton départ
    J'attendrai que revienne
    Les violons de Verlaine
    Et cette mélodie

Hubert-Felix Thiéfaine, Autoroutes jeudi d’automne
    Mais parfois il me reste que les violons pour pleurer

Charles Trénet, Le violon du Diable
    C'est un violon qui joue dans la nuit.
    C'est le violon du diable
    Qui vient bercer nos rêv's, nos ennuis.
    C'est le violon du diabl' qui rit.

Chantez pour moi violon
    Je revois encor’ le tendre décor
    De nos rendez vous d’amour
    Que j’entends ta voix
    Murmurant ses beaux discours
    Et pour bercer cette obsession
    J’écoute avec passion
    Les violons




Dans les poésies…

Aloysius Bertrand (1807-1841), Départ pour le Sabbat
    Et lorsque Maribas riait ou pleurait, on entendait
    comme geindre un archet sur les trois cordes d'un violon démantibulé.

Edmond Rostang (1868-1918), Souvenir vague ou les parenthèse
    D'un orchestre lointain arrivait un andante
    (Andante qui n'était peut-être qu'un flonflon)
    Et le grand geste vert d'une branche pendante
    Semblait, dans l'air du soir, jouer du violon.

Michel Altaroche (1831-1884), La fête à l’Hôtel de ville
    Femmes, au bal ! La danse vous appelle ;
    Des violons entendez les accords.

    Ran plan plan
    J'ai perdu mes gants
    Ma baguette d'or
    Mon flacon d'argent
    Saint Antoine
    Demandait à boire
    Son petit cochon
    Demandait du son
    Sa petite fille
    Joue de la béquille
    Son petit garçon
    Joue du violon.

Théodore de Banville (1823-1891), La Corde roide
    Quittons nos lyres, Érato !
    On n'entend plus que le râteau
    De la roulette et de la banque ;
    Viens devant ce peuple qui bout
    Jouer du violon debout
    Sur l'échelle du saltimbanque !

Théodore de Banville (1823-1891), Les théâtres d’enfant
    Les théâtres d’enfant
    Figure-toi, lecteur, une boîte malsaine ;
    Quatre violons faux grincent avec la flûte,
    La clarinette beugle, et dans leur triste lutte
    Le cornet à piston survient tout essoufflé,

Charles Baudelaire (1821-1867), Danse macabre in : Les fleurs du mal)
    Au chant des violons, aux flammes des bougies,
    Espères-tu chasser ton cauchemar moqueur,

Charles Baudelaire (1821-1867), Harmonie du soir
    Chaque fleur s'évapore ainsi qu'un encensoir ;
    Le violon frémit comme un coeur qu'on afflige ;
    Valse mélancolique et langoureux vertige !

Charles Baudelaire (1821-1867), Moesta et errabundar
    Mais le vert paradis des amours enfantines,
    Les courses, les chansons, les baisers, les bouquets,
    Les violons vibrant derrière les collines,
    Avec les brocs de vin, le soir, dans les bosquets,
    Mais le vert paradis des amours enfantines,

Tristan Corbière, Petit mort pour rire, in : Les amours jaunes
    Ne fais pas le lourd : cercueils de poètes
    Pour les croque-morts sont de simples jeux,
    Boîtes à violon qui sonnent le creux…
    Ils te croiront mort — Les bourgeois sont bêtes —

Max Elskamp (1862 1931), Le consul anglais in : La chanson de la rue Saint-Paul
    Va vite, léger peigneur de comètes !
    Puis soir advenu
    Violons éteints,
    Accordéons tus,
    Tout sentant le vin,

Théophile Gauthier (1811-1872), Les joujoux de la morte, in : Emaux et Camée
    La petite Marie est morte,
    Et son cercueil est si peu long
    Qu'il tient sous le bras qui l'emporte
    Comme un étui de violon

Théophile Gauthier (1811-1872), Sur le carnaval de Venise in ; Dans la rue
    Il est un vieil air populaire
    Par tous les violons raclé,
    Aux abois des chiens en colère
    Par tous les orgues nasillé.

René Ghil (1862-1925), Dies irae, in :Légendes d'âmes et de sangs
    Un soir l'Orgue d'église aux spasmes des Violons
    Montait loin sa douleur sourde en les râles longs :
    Voix de genèse, Amour et Trépas, ô pleurs longs !
    Un soir l'Orgue montait dans l'horreur des Violons...

Victor Hugo (1802-1885), A propos d’Horace, in : Les contemplations
    Rêve heureux ! je voyais, dans ma colère bleue,
    Tout cet Éden, congé, les lilas, la banlieue,
    Et j'entendais, parmi le thym et le muguet,
    Les vagues violons de la mère Saguet !

Victor Hugo (1802-1885), La fête chez Thérèse, in : Les contemplations
    Les ébéniers qu'avril charge de falbalas,
    De leur sève embaumée exhalant les délices,
    Semblaient se divertir à faire les coulisses,
    Et, pour nous voir, ouvrant leurs fleurs comme des yeux,
    Joignaient aux violons leur murmure joyeux ;
    Si bien qu'à ce concert gracieux et classique,
    La nature mêlait un peu de sa musique.

Clément Marot (1497-1544), Adieux aux dame de la cour
    Adieu le bal, adieu la danse,
    Adieu mesure, adieu cadence,
    Tambourin, hautbois et violons,
    Puisqu'à la guerre nous allons.

Stuart Merril (1863-1915), Vers vagues, in : Les gammes
    La voix d'un violon sous la soie et la moire
    Me miaule des mots d'inéluctable amour.

Henri Michaux (1899-1984), Le Grand violon, Lointains intérieur, l'espace du dedans,
    Mon violon est un grand violon-girafe ;
    J'en joue à l'escalade,
    Bondissant dans ses râles,
    Au galop sur ses cordes sensibles et son ventre affamé aux désirs épais.

Jean Moréas (1856-1910), Parmi les marronniers, in : les syrtes
    Dans la bonne fraîcheur des tonnelles,
    Dans la bonne senteur des moissons,
    Dans le soir, où languissent les sons
    Des violons et des ritournelles.

Emile Nelligan (1879-1941), Nuit d’été, in : Premier poème
    Le violon, d'un chant très profond de tristesse,
    Remplit la douce nuit, se mêle aux sons des cors,

Emile Nelligan (1879-1941), Rêve fantasque, in : Premier poème
    Aux chants des violons, un écho se réveille ;
    Là-bas, j'entends gémir une voix qui n'est plus ;
    Mon âme, soudain triste à ce son qui l'éveille,
    Se noie en un chagrin de plus.

Émile Nelligan (1879-1941), Silvio Corelli pleure
    Silvio Corelli pleure
    Seul soutien et seul compagnon
    Gagne-pain de mes jours très drôle
    Je n'ai qu'un rude violon,
    Pour gîte, l'ombrage d'un saule.

Nouveau, Les malchanceux
    Ils s’en vont à la chasse :
    N’y a plus de perdrix ;
    Ils s’en vont à la danse :
    Les violons sont partis.


Odilon-Jean Perrier (1901-1928), Je ne chanterai pas très haut ni très longtemps, in : Le citadin
    Je vous aime, Cité, domaine de la pluie,
    Mais dont les habitants moquent la poésie
    Comme un grand violon de silence habité
    Vous êtes l'instrument d'une divinité.

Arthur Rimbaud (1854-1891), Bal des pendus
    Hurrah ! les gais danseurs, qui n'avez plus de panse !
    On peut cabrioler, les tréteaux sont si longs !
    Hop ! qu'on ne sache plus si c'est bataille ou danse !
    Belzébuth enragé racle ses violons !

Georges Rodenbach (1855-1898), Dans l'air fraîchi, venant d'où..., in : Le règne du silence
    Confuse comme un songe... est-ce d'un piano,
    Est-ce d'un violon méconnu qui s'afflige
    Ou d'une voix humaine en élans comme une eau
    D'un jet d'eau qui s'effeuille en larmes sur sa tige

Albert Samain (1858 1900), Élégie, in :Le chariot d'or
    Soudain d'un pavillon, qu'entourait le mystère,
    J'entendis s'élever une voix solitaire
    Qui vibrait dans le soir comme un beau violon ;

Albert Samain (1858 1900), Une heure sonne au loin
    Ce sont des mots sans suite, et des gestes si doux
    Qu'ils semblent avoir peur de toucher, des mains jointes,
    Des désirs par instant aigus comme des pointes
    Et puis des nerfs crispés de la nuque au talon,
    Toute l'âme perdue après son violon
    Qui chante et qui sanglote et qui crie et qui râle,
    Toute l'âme d'un grand enfant fiévreux et pâle...

Albert Samain (1858 1900), Vision
    L'archet mord jusqu'au sang l'âme des violons,

Albert Samain (1858 1900), Watteau
    Au-dessus des grands bois profonds
    L'étoile du berger s'allume...
    Groupes sur l'herbe dans la brume...
    Pizzicati des violons...

Cécile Sauvage, Fumée
    Marécageuse humanité
    Dont la voix au loin murmure
    Pareille aux crapauds secrets
    De l’étang sous la verdure,
    Pince tes violons clairs ;
    Ton chant est vide et si triste
    D’être habituel dans l’air
    Comme un rythme qui persiste.

Paul Scarron (1610-1660), Les vrais moyens de parvenir
    Mais c'est beaucoup moraliser
    Pour de pauvres gens de boutique.
    Ça ! ça ! dansons, sans tant causer
    Et nous piquer de rhétorique.
    Les violons sont-ils d'accord ?
    Bon ! tout va bien, la pièce est grande.
    Mais les Dames parlent bien fort :
    Paix là ! paix là ! paix là ! le Roy vous le commande.

Marc-Antoine Girard de Saint Amant (1594-1661), Le fromage
    Que, comme autrefois, Apollon
    Délaisse torche et violon,
    Et s'en vienne dans ces prairies
    Dans ces grandes plaines fleuries,
    Garder en guise de vacher
    Un troupeau qui nous est si cher
    Et dont la mamelle féconde
    Fournit du lait à tout le monde.

Emile Verhaeren (1855-1916), Le spectacle, in :Les villes tentaculaires
    Et l'orchestre se meurt ou brusquement halète
    Et monte et s'enfle et roule en aquilons ;
    Des spasmes sourds sortent des violons ;

Paul Verlaine (1844-1896), Chanson d’automne
    Les sanglots longs
    Des violons
    De l’automne
    Blessent mon cœur
    D’une langueur
    Monotone.

Paul Verlaine (1844-1896), Tournez tournez bons chevaux de bois, in : Sagesse
    Tournez au son de l'accordéon,
    Du violon, du trombone fous,
    Chevaux plus doux que des moutons, doux
    Comme un peuple en révolution.

Paul Verlaine (1844-1896), Voix de l’orgueil
    Voix d'Autrui : des lointains dans des brouillards. Des noces
    Vont et viennent. Des tas d'embarras. Des négoces,
    Et tout le cirque des civilisations
    Au son trotte-menu du violon des noces.

Max Waller (1860-1889), C’est ainsi, La flûte à Siebel
    Et crevât-on, phtisique et blême,
    Avec des recors à la clé,
    Le violon qu'on a raclé
    Laisse des notes en nous-même.





Citations


Que Dieu nous garde du mauvais voisin, et du violoniste débutant.
    Proverbe italien

Les amis sont comme les cordes de violon : il ne faut pas trop les tendre.
    Proverbe anglais


Il faut acheter au son du canon et vendre au son du violon.
    Dicton populaire

Il ne faut pas aller plus vite que le violon.
Proverbe québécois

Une roulotte sans femme est comme un violon sans cordes.
    Proverbe roumain

Nul qui ne sache danser quand la fortune joue du violon.
    Proverbe italien

Violon. Instrument qui titille les oreilles humaines par le frottement d'une queue d'un cheval sur les boyaux d'un chat.
    Ambroise Biercel, Le Dictionnaire du diable

De violon, l'homme en vieillissant devient violoncelle, puis contrebasse : un corps épais, une voix grave et pas grand-chose à dire.
    Gilbert Cesbron

J'ai hérité d'un tableau et d'un violon qui se sont révélés être un Rembrandt et un Stradivarius. Malheureusement Rembrandt faisait des violons qui ne valaient rien et Stradivarius était un peintre médiocre
    Tommy Cooper

La peinture est le métier le plus long et le plus difficile. Il lui faut l'érudition comme au compositeur, mais il lui faut aussi l'exécution comme au violon.
    Eugène Delacroix, Journal

Quelle misérable chose que l'homme ! Ne pas pouvoir seulement sauter par sa fenêtre sans se casser les jambes ! Être obligé de jouer du violon à dix ans pour devenir un musicien passable ! Apprendre pour faire une omelette !
    Alfred de Musset

J'ose à peine l'avouer, mais j'ai horreur du son du violon, de ces aigus qui m'écorchent les oreilles. Je suis comme de ces personnes que le contact d'un chat font frissonner.
    François-René Duchâble, Pour l'amour d'un stradivarius, Pierre Amoyal

Je tiens le flot de la rivière comme un violon.
    Paul Eluard, Le livre ouvert

Un prodige, c'est un gamin qui joue du violon alors qu'il devrait être au lit depuis longtemps !
    Michel Galabru, Pensées, répliques et anecdotes (2006)

S'il le violon est l'instrument de musique le plus parfait, alors le Grec est le violon de la pensée humaine.
    Helen Keller, The Story of my life

À notre époque où la technique devient fétiche dans tous les domaines, elle passe de mode, ou est même condamnée chez les chefs d'orchestre. Est-ce parce qu'elle n'est pas directement perceptible chez les chefs, alors que, chez un violoniste sans technique par exemple, même un profane peut découvrir que les grincements et les gémissements de son instrument n'ont rien à voir avec la musique ?
    Rudolf Kempe, À l'écoute des grands interprètes

C'est l'âme des aïeux qui, voyant qu'elle va continuer de survivre, chante dans les violons, les soirs des noces.
   
Blanche Lamontagne-Beauregard, Un coeur fidèle

La pensée est au cerveau ce que la musique est au violon.
    Eliphas Lévi

Le bonheur est un art à pratiquer, comme le violon. John Lubbock

Je n'arrive pas à me rendre compte si c'est votre fils qui fait des progrès en violon ou si c'est nous qui nous habituons.
     Somerset Maugham

Le luthier, en fabricant un violon, permet la naissance des " plus beaux sons de miel et d'or que l'oreille humaine puisse entendre.
    Yehudi Menuhin, La Légende du violon

L'amour n'est pas seulement la plainte déchirante d'un lointain violon, c'est aussi le craquement triomphant d'un ressort de sommier.
    S.J. Pérelman

Morel avait beau jouer merveilleusement les sons que rendait son violon me parurent singulièrement perçants, presque criards. Cette âcreté plaisait et, comme dans certaines voix, on y sentait une sorte de qualité morale et de supériorité intellectuelle.
    Marcel Proust, A la recherche du temps perdu, La Prisonnière (1923)

La première fois que Némie Satler m'entendit jouer du violon, elle me dit: - vous n'y allez pas de main morte! Elle ajouta que j'avais raison parce qu'il y avait beaucoup de mains mortes en musique.
    Pascal Quignard, Vie secrète (1998)

Y a-t-il quelque chose de plus ridicule au monde que vingt hommes qui s'acharnent à redoubler le miaulement plaintif d'un violon ?
    Luigi Russolo, L'Art des bruits, Manifeste futuriste

Les mille clairons du désir, les mille tam-tams du sang résonnèrent dans mes veines, et les mille violons du plaisir attaquèrent leur valse pour nous.
    Françoise Sagan, Un profil perdu (1974)

Un roman est comme un archet, la caisse du violon qui rend les sons, c'est l'âme du lecteur.
    Stendhal, Vie de Henry Brulard

Qui penserait que pour construire un violon, il faut d'abord tracer deux pentagones dans un cercle ?
    Stradivarius

Le génie est moins rare aujourd'hui qu'au temps de M. Ingres. Il y a mille peintres, et plus, qui jouent du violon.
    Paul-Jean Toulet, Les Trois Impostures (1922)

Croyez-vous que je pense à un sacré violon quand l'Esprit me parle, et que j'écris ce qu'il me dicte ?
    Ludwig Van Beethoven

Le luthier pose, avance ou recule l'Ame d'un violon sous le chevalet, dans l'intérieur des deux tables de l'instrument; un chétif morceau de bois de plus ou de moins lui donne ou lui ôte une âme harmonieuse.
    Voltaire, Questions sur l'Encyclopédie par des amateurs (1770), Ame

Quand les clowns ont fait beaucoup rire, ils jouent du violon...
    Francis Weber





Le Violon, Qu'est-ce?


Violon = sorte de prison contiguë à un corps de garde.

Violon = (Arts) Sorte de touret à main que l’on fait mouvoir à l’aide d’un archet.
Un violon de serrurier

Violon = (Maritime) Cordelettes et planchettes que l’on dispose par mauvais temps le long des tables des navires pour retenir les assiettes, les verres, etc
La mer était grosse, on a été obligés de mettre les violons

Le violon = marque de couteau de la ville de Thiers (Gimel)


Dérivés

Les boîtes à violon sont les chaussures des personnes aux grands pieds.

Autant pisser dans un violon signifie que ce que l'on va faire ne servira à rien, est voué à l'échec

Sortez les violons annonce un moment ostensiblement émouvant.

Devoir payer les violons (du bal) est utilisée pour décrire quelqu'un qui a fait les frais (généralement financiers) d'une opération sans en retirer aucun intérêt.
(Figuré) (Familier) Il a payé les violons, Il a payé les frais d’une chose dont les autres ont eu le profit ou le plaisir.

Troisième violon : en référence aux premiers et seconds violons, cela désigne un rôle très médiocre, subalterne. Équivalent de " la cinquième roue du carrosse ".

Violon d'Ingres : fait référence à Dominique Ingres, peintre de métier, mais aussi violoniste un temps à l'Orchestre du Capitole de Toulouse ; un violon d'Ingres est un hobby, un passe-temps.

Accorder ses violons : se mettre d'accord.






Salle d'Expostions • Laboratoire EthnomusicologieAtelier LutherieBibliothèqueSalle de spectaclesSalle de formation
AccueilPlan de la maisonHall d'entrée Liens Contacts Forum Mentions Légales ® lamaisonduviolon
un <a target="_blank" href="http://www.compteur-gratuit.org">compteur gratuit</a> pour votre site web