" Quand un projet vous cheville au corps, il faut trouver des clefs, ne pas rester comme un manche, ni se gratter les boutons, se faire envoyer dans les cordes, bref n’en faire qu’à sa tête ! (volutes n’y pourront rien changer !). Enfin passer tendeur de travail et remettre son ouvrage sur la table, bosser à fond, le moral en hausse, à s’exercer sans filets, d’une marche affirmée du talon à la pointe, impossible de rester sur la touche. Alors pas la peine d’en faire des caisses, soyez tout ouïe, soyons de mèche et gagnons un supplément d’âme ! "

mercredi 1 avril 2020

L'édito du moi !

Avril 2020


 
Violon cosmique
 
Levez la tête, relevez la tête !
Des étoiles dans les yeux et du violon dans les étoiles... voir plus loin, entendre mieux...
Musique du monde, harmonie du cosmos, musique des sphères ou harmonie céleste...
La représentation géocentrique de l'univers de Pythagore, si elle n'a plus d'actualité scientifique peut encore nous renseigner sur nos rapports à l'infini.
Le Big Bang, comme la première attaque de l'archet sur les cordes, l'agitation atomique primordiale, comme un violon qui se chauffe, les premiers assemblages corpusculaires, un bruissement de note, l’apparition des étoiles et des planètes, la projection des mélodies, une cadence concertante, aboutissent à l'univers en expansion, révèlent le violon en expansion ! Ce ne sont peut-être pas là de simples coïncidences, des analogies gratuites d'un violonologue "satellisé"...
Connexité ? Similarité ?
Les conditions initiales de cette "soupe" primordiale, conditions de température, de pression, l’absence de lumière, etc. étaient tels que ce qui devait arriver, arriva. Des esprits chagrins me reprocheront sans doute de faire l'apologie du principe anthropique "fort" mais qu'importe. Nous pourrions invoquer le hasard ou la nécessité, les probabilités ou les phénomènes d'auto-organisation...
Imaginons, par exemple, l'air de "Frère Jacques" ou un doigt serait légèrement déplacé de sa position sur la touche du violon. Cela n'est qu'une modification subtile de ces fameuses conditions initiales mais  petit phénomène et grands effets : écoutez, ou ré-écoutez la symphonie n°1 de Gustav Malher et cette troublante version en ré mineur de cette rengaine enfantine. Cette symphonie s’appelle Titan. Titan, comme le plus gros satellite de Saturne. Cronos dans le panthéon grec et souvent assimilé à Chronos qui "préside aux choses du temps"... à la musique donc !
Ne lever pas les yeux au ciel de dépit ! Si justement, levez les yeux au ciel et découvrez la constellation du violon ;


La Violonologie va-t-elle trop loin ?
Un autre exemple ?
 
Antonio Stradivari -qu'on ne présente plus- est né en 1644 et après beaucoup de jolies choses décède en 1737. Bon, c'est la vie mais chose étonnante il est le presque exact contemporain d'Isaac Newton (1643 - 1727). Et alors ?
En 1687, est édité l’œuvre majeur du maître : les "Principes mathématiques de la philosophie naturelle"
En 1687, sont réalisés le "Ole Bull" et le "Kubelik - Bertier", des violons dotés d'une belle réputation...
Cette année là fut bonne !

Il y a des rapprochements qu'il est bon de rappeler et à chacun de suivre sa petite musique, des étoiles dans les yeux, un violon dans les étoiles !

P.S. : dans ces temps inédits, si vous souhaitez vous faire l'étoile, euh, des toiles sachez que la filmographie du musée virtuel s'est bien enrichi.
 

mardi 3 mars 2020

L'édito du moi !

Mars 2020



La Fête du Violon à Luzy. De la vrai fête avec plein de morceaux de violon dedans !
Nous y étions, avec les expositions et je remercie vivement les participants pour les instants partagés à découvrir le nom de ces curieux violons de "La Musique vi-o-lon de nos rêves" (cf. page Exposition pour ceux qui ignorent encore la chose !).
Et puis, j'aime bien, ces petits matins de festival, relever les p'tits mots dans ma boîte aux lettres et lire comment "le public" a fait bonne composition ("Des mots de Violon", cf. page Exposition pour ceux qui ignorent encore la chose !)
Alors, je vous livre trois perles : merci Faya, merci Mathilde, merci anonyme !

Vibre
Instrument
Original
Lance
Oh, haut toutes tes
Notes.

Vivre
Ivre
Oublier
Liberté
Oublier d'avoir oublié
No limit.

Vous
Irez
Ou
L'
Orage
N'ira pas.

Et un remerciement plus particulier à Emmanuel dont l'acrostiche acrobatique est véritablement virtuose, en alexandrin, et second acrostiche à l'hémistiche... A lire prochainement...

Et il y avait autour des expositions de la musique, si, si, et malgré le peu de temps disponible, voici une belle découverte :
Serdar Pazarcioglu, violoniste turc brillamment accompagné de Laurent Clouet (clarinette), Igancio Naon (guitare) et Wassim Halal (darbuka).

Un extrait, non pas du concert, mais du jeu de Serdar dans un contexte "très live" !



Et voici une sucrerie d'une webTV turque... On ne comprend pas tout mais les doublages violons me semble douteux !



Moralité, vivement le prochain festival.

Le violon résonna encore lorsqu’il cessa de jouer car le violon s'était tu !


vendredi 31 janvier 2020

L'édito du moi !

Février 2020

Le violon est en toutes choses...
La violonologie est là pour en témoigner, voire vous en convaincre... Un exemple, simple ; c'est bien grâce aux violons qu'il existe des forêts d'érable ou d'épicéa ! Non ?
Ce renversement de perspective n'est pas une simple rhétorique et il suffit, pour vous en convaincre (nous assumons la répétition), de jeter un œil, une oreille sur le site, enfin en ligne, du Musée de La Maison du Violon.
 
Zoologie, filmographie, bibliographie, chansonologie (étude de la chanson), cartophilie, sourdinologie (étude des sourdines), etc. sont des salles -virtuelles- mais certifiant notre proposition initiale !

Certes, il y a encore des manques (la bibliothèque n'est pas encore ouverte au public), peut-être même quelques erreurs... Mais, il ne tient qu'à vous de faire part de vos observations. Mieux, vous pouvez alimenter le musée de vos trouvailles...

Enfin il serait quinte juste que La Maison du Violon et la communauté violonologique remercie Quentin Briac (http://conception.digital/) pour l'élaboration du musée. Bien sûr, l'informatique est dans ces cordes et il touche pas mal, mais en plus il a eu l'âme assez bonne pour me suivre dans cette aventure.

Bien sûr, ni la vie, ni le violon ne se laisseront enfermer dans les méandres de la toile mais cette moisson, fruit de quelques années de recherche, est un espace ludique, informatif et... thérapeutique ?

Ce musée complète, nous l'espérons, les expositions itinérantes. D'ailleurs, elles seront visibles les 22 et 23 février 2020 à la Fête du violon à Luzy avec le solo clownesque "Biolon Performance" du professeur Octavian Kishtok.

Des sceptiques ?

"Une table , une chaise, une corbeille de fruits et un violon, de quoi d'autre un homme aurait-il besoin pour être heureux ?" (Albert Einstein)