" Quand un projet vous cheville au corps, il faut trouver des clefs, ne pas rester comme un manche, ni se gratter les boutons, se faire envoyer dans les cordes, bref n’en faire qu’à sa tête ! (volutes n’y pourront rien changer !). Enfin passer tendeur de travail et remettre son ouvrage sur la table, bosser à fond, le moral en hausse, à s’exercer sans filets, d’une marche affirmée du talon à la pointe, impossible de rester sur la touche. Alors pas la peine d’en faire des caisses, soyez tout ouïe, soyons de mèche et gagnons un supplément d’âme ! "

mardi 9 avril 2019

L'édito du moi !

Avril 2019

Violon et captation

Lorsqu' Edison, en 1878, réalise le phonographe, imaginé par Charles Cros, poursuivant l'idée d' Edouard-Léon Scot de Martainville, il y a de la révolution dans l'air...
En 1888, Emil Berliner fabrique le gramophone. Ce système utilise des disques plats qui supplanteront les rouleaux des inventions précédentes.
Très rapidement ces appareils font l'objet d'une fabrication industrielle de grande envergure : peut-être même un des premiers appareil manufacturé jouissant d'une intense diffusion.
La Volta-Gramophone puis l'American Graphophone Company (Bell et Tainter), l'Edison Phonograph Company (Edison), La Gramophone Company (Berliner), Charles et Emile Pathé, la Gaumont voient le jour à la fin du XIXème siècle...

Le premier enregistrement ; émotion !

 

Et le violon... 
Son enregistrement, avec les techniques de l'époque, présente des difficultés ; une émission du son très omnidirectionnel empêche un rendu satisfaisant, surtout au sain d'une formation orchestrale.

John-Mathais-Augustus Stroh (1828-1914), ingénieur en électricité, à Londres, dépose un brevet en 1899 d' un instrument "hybride", associant à la technique des instruments à cordes un résonateur d'instrument à vent ; une membrane vibre sous l'effet de la vibration du chevalet et est relié à un pavillon "canalisant" le son...
Comparé à la lutherie classique, le chevalet est moins courbé et surtout le poids total de l'instrument est proche d'un kilo soit, le double de l'instrument classique.

Bref, le premier enregistrement de Strohviol (c'est spécifié) fut réalisé en 1904 aux Etats-Unis mais l'évolution des procédés d'enregistrement ainsi que les difficultés de jeu, le timbre particulier du violon à pavillon lui fit perdre sa raison première.
Néanmoins, la commercialisation de l'instrument assurée d'abord par Charles Stroh (la fils d'Augustus) puis par George Ewans perdurera jusqu'en 1942. C'est à cette période que naît la famille des Stro (sans le h final) ; banjos, mandolines, ukulélés...

Délaissé par les musiciens de culture savante, les violons à pavillon essaimeront dans différentes cultures populaires. En France, existe un collectage d'un violoneux de l'Ouest de la France (https://www.metive.org/) et un témoignage oral pour les Hautes-Alpes. Aucun recensement général ne semble avoir été fait.
Il est encore présent dans les mains des musiciens du Bihor (province à l'ouest de la Roumanie)...
Plus curieux, il existe une facture contemporaine en Birmanie, ancienne colonie anglaise...

Mais surtout, l'ensemble "Les Violons du Rigodon" est une fanfare ménétrière qui joue aussi sur violons à Pavillon ! Thierry Hautson, pratiquant et fabricant, a visé, revisité les anciens instruments et propose une lutherie "home made" et drôle et de qualité ! (http://compagnie.rigodon.free.fr/)

La Fausse Compagnie développe de beaux projets autour de ces instruments ;


Un enregistrement du Bihor.
 

Violons birmans


Enfin, un témoignage absolument pas documenté. Vive la télé !




vendredi 1 mars 2019

L'édito du moi !

Mars 2019

Tiens, parlons un peu de musique et de violon et de spectacles...

Les accessoires des comédiens, des clowns, des circassiens sont parfois des instruments de musique mais comment sont-ils réellement intégrés à la trame du spectacle ?

Sans ici faire un cours de dramaturgie, donnons néanmoins quelques pistes ;

L'accessoire -choisissons le violon- est juste une parenthèse musicale (parfois même d'excellente qualité) mais il reste très extérieur aux personnages qui le manipulent.

C'est un outil de performance, d'acrobatie, de jongle... La manipulation de l'instrument n'est plus strictement musicale et devient un terrain d'expérimentation...

Le violon peut aussi devenir sujet : un réel partenaire (une marionnette ?) à même de produire des événements sonores participant pleinement à l'histoire.

Essayez, amis musiciens, de faire croire que vous ne savez pas jouer de votre instrument. C'est très difficile tellement nous avons acquis des gestes qui confinent aux réflexes. Voilà bien, aussi un joli terrain d'expérimentation, redécouvrir ces mécanismes qui font de nous des musiciens !

Et pour alléger notre propos, voici quelques exemples ;

Wilbur Hall (1894-1983), tromboniste, violoniste et pompe à vélo américain.
Un numéro extrait du film couleur de 1930 "The King of jazz"



Edward Stanelli (1895-1961), violoniste et compositeur irlandais
De l'action à 1m34''



Baron Buica. Peu de renseignements sur ce "sportif accompli", quelques éléments biographiques dans le commentaire "youtube".


Jack Benny (1894-1974), violoniste, acteur, humoriste et producteur américain.
Difficile de choisir un extrait... une vidéo et deux liens



Jack Benny and His Rocky  Mountains Boys (lien ici)
Mel Blanc with Jack Benny (lien ici)


Grock (1860-1959), LE Clown
Un extrait du film "Grock" où tout est à voir !


Et une dernière vidéo (provisoire !) d'un ensemble contemporain polonais : MozART group