" Quand un projet vous cheville au corps, il faut trouver des clefs, ne pas rester comme un manche, ni se gratter les boutons, se faire envoyer dans les cordes, bref n’en faire qu’à sa tête ! (volutes n’y pourront rien changer !). Enfin passer tendeur de travail et remettre son ouvrage sur la table, bosser à fond, le moral en hausse, à s’exercer sans filets, d’une marche affirmée du talon à la pointe, impossible de rester sur la touche. Alors pas la peine d’en faire des caisses, soyez tout ouïe, soyons de mèche et gagnons un supplément d’âme ! "

mardi 1 octobre 2019

L'édito du moi !

Octobre 2019

Certes, Violonologue mais pas sectaire... et je voulais vous faire part de quelques réflexions après mes pérégrinations estivales ; voyages lointains, exotiques mais patience, les explications viendront à temps !

L'organologie ou la science des instruments de musique est une discipline sérieuse qui a livré une abondante littérature. Classer les instruments ? La belle affaire ! Et nos vaillants érudits organologues se sont mis à la tache le plus sérieusement du monde.

Au Moyen-Age on ne distingue guère que les cordes et les vents. Ça se frotte ou ça se souffle... On y ajouta la notion de "bas" et "hauts" instruments selon qu'ils sonnaient préférentiellement à l'intérieur ou à l'extérieur. A la notion technique de mise en vibration s'ajoutait la fonction sociale et/ou le volume sonore.

Dans des civilisations plus lointaines, en Chine par exemple, on considérait la matière pour classer les instruments ; métal, pierre, bois, bambous, peaux, calebasses, soies... Et pourquoi pas les plastiques ?

Le tableau serait incomplet sans citer le fameux duo Sachs und Hornbostel (en 1914), à qui nous devons les idiophones, les aérophones, les cordophones, les membranophones... Les a-phones en restent sans voix !
Tenez voici le lien -le titre ne doit pas vous effrayer- une carte heuristique sur la classification des instruments de musique !

Violonologue, mais pas moqueur, car toutes ces réflexions ont menées à une meilleure connaissance acoustique mais aussi  culturelle de tous ces trucs qui font du bruit (organisé) et qui nous émeuvent, parfois.

Et là, mon sang ne fit qu'un tour, quid de la dimension affective ?  Un instrument n'a une réalité que parce que des gens assez têtus, enthousiastes ou surdoués les manipulent. Qu 'y a-t-il dse plus déprimant que de visiter un musée de la musique dans un silence extrême ? Oh, cette série de violon (par exemple) avec leur ancienneté et leur beaux vernis doivent valoir... une folie... Bref, très cher mais murmuré à voix basse ! Il y a donc bien une dimension subjective à la musique et plus largement à cette volonté "classificatoire" !

Je voulais abandonner la science, me perdre dans l'affectif mais voilà : les vacances...
Lors de mon séjour au Galápagos, le tain halé, ma mèche flottant au vent marin, j'eus cette révélation...

Reprenant mes quelques rudiments (et le vocabulaire) de l'évolution des organismes vivants j'établissais cette révolution... ou il apparaît en toute affectivité que 
le violon est bien le sommet de la création organologique et musicale

CQFD !
Nous ne sommes pas violonologue en vain !



dimanche 1 septembre 2019

L'édito du moi !

Septembre 2019


Histoire de prolonger l'été, où les vacances pour les plus chanceux, je vous prie de rejoindre une destination "exotique", la Géorgie. Il ne s'agit pas ici des bords de la Mer Noire (rien à voir avec la couleur ni le pétrole mais au nord vu par les turcs qui associaient le nord et cette couleur !) mais des immenses forêts de boulots (sans rapport avec la rentrée) en Svanétie et bien sûr du violon... une sorte de violon.

Organologiquement une vièle à archet : tchouniri ou chuniri...

Voici donc un joli film sur la lutherie populaire...


Enfin, lors de notre précédent édito, je vous parlais du "Waxband project" : voici un compte rendu rédigé par Anne Ibos-Augé.

lundi 1 juillet 2019

L'édito du moi !

Juillet 2019

L'été est là, les festivals fleurissent... Il y a un air de vacances et de farniente dans l'air, pour les plus chanceux mais trêve d'introduction pseudo-littéraire voici l'agenda... et des liens pour les plus assidus / curieux !

Samedi 6 et dimanche 7 juillet 2019
Des Biolons et des expositions au festival Feufliazhe, Habère-Poche, Haute-Savoie
http://www.feufliazhe.com/index.php?option=com_content&view=article&id=220:farfelutherie&catid=27&Itemid=224&lang=fr


Samedi 13 juillet 2019
La fanfare ménétrière Les Violons du Rigodon pour une balade spectacle et un bal à la Guinguette de Lure à Saint-Etienne-les-Orgues, Alpes-de-Haute-Provence


Dimanche 21 juillet 2019
Fête de l'Alpage au Noyer. Plein de chose mais avec Ganef, mini-fanfare klezmer


23, 25 juillet, 6, 8, 11, 13, 15, 18 août 2019
"Par le Petit bout de la lorgnette", spectacle co(s)mique à l'Observatoire des Baronnies Provençales à Moydans, Hautes-Alpes.



Du 29 juillet au 4 août 2019
Yiddush summer festival à Weimar, Allemagne, Waxband Project (cf édito précédent). Hommage aux archives de la musique klezmer pour 5 musiciens et un phonographe Edison de 1905 ! 



 Samedi 17 août 2019
La fanfare ménétrière Les Violons du Rigodon pour Musique dans la Rue à Aix-en-Provence

Enfin des mariages où nous ne sommes pas sûr que vous soyez invités...
                               
                                              Et pourquoi pas  ?
                                                       
                                                            Et bon été !


samedi 25 mai 2019

L'édito du moi !

Juin 2019

Connaissez-vous la "violonologie" ?

De violon, instruments à 4 cordes qu'on ne finit pas de présenter mois après mois, et de  logos, du grec, parole ou discours...

Bref, soyons précis ; que faisons nous ici d'autre que de la violonologie, étudier, montrer, décliner le violon sous toutes ses formes, dans toutes ses fantaisies ?
Tout en poursuivant ce cours chemin lexical, il devient évident que je suis un Violonologue (la majuscule marquant le respect dû à cette nouvelle fonction !) et en espérant que ses travaux, nommés dès lors, violonologiques puissent trouver chez vous une résonance positive et des ah (à 440 Hz) d'étonnement, mieux encore, d'admiration !

La première mention du mot semble être l'évocation de Stéphane Grapelli et d'Eddie South, qualifié de docteur en violonologie par Boris Vian dans Jazz in Paris.

Et voici maintenant une pause musicale des deux docteurs :

Cette paternité est à la fois glorieuse et prometteuse...

Vive la violonologie, vive les violonologues !

Et il y en aura, des violons et des violonologues les 7-8-9 juin 2019 à Sauve (Gard) à la fête des Violons populaires
Octavian Kishtok (voir page spectacle) distillera ses connaissances violonologiques lors de la Violonade.


Enfin puisque le printemps semble être là, à en juger par les dates affichées sur nos calendrier retournons aux champs et au land-art !

Réalisé à Nozeroy (Jura) par les enfants du CLSH lors d'un stage "Biolons".


PS : La page contact est momentanément indisponible, nous vous prions de nous excuser pour la gène occasionnée. Vous pouvez nous joindre par téléphone ou à l'adresse suivante : olivierrichaume@gmail.com