" Quand un projet vous cheville au corps, il faut trouver des clefs, ne pas rester comme un manche, ni se gratter les boutons, se faire envoyer dans les cordes, bref n’en faire qu’à sa tête ! (volutes n’y pourront rien changer !). Enfin passer tendeur de travail et remettre son ouvrage sur la table, bosser à fond, le moral en hausse, à s’exercer sans filets, d’une marche affirmée du talon à la pointe, impossible de rester sur la touche. Alors pas la peine d’en faire des caisses, soyez tout ouïe, soyons de mèche et gagnons un supplément d’âme ! "

dimanche 2 mai 2021

L'édito du moi !

 

avril 2021


 
Promenons-nous dans les bois,
 
Pendant que :
1) parce ce que c'est les beaux jours
2) parce ce que c'est autorisé
3) parce ce que le loup n'y est pas...
 
 
L'extrait d'un documentaire "Le bois qui chante" ou apparaisse les sculptures sonores de José Le Piez (farfeluthier génial qui atteint la canopée). Voici donc la présentation des "Arbrassons" :

 

 
Mais avec quoi le bois se coupe-t-il ?
Merci, avec une scie, très bien !
 
 
 
Et pour conclure, ils l'ont fait...
Avouez, qui d'entre vous violinsites, violoneux, altistes, alteux n'y avait jamais pensé ?




dimanche 28 mars 2021

L'édito du moi !

avril 2021


 

Voici un article, si je puis dire, qui ne manque pas de piquants... un article pointu, de quoi vous aiguillonné et qui confirme la vitalité de la Farfelutherie...

Les plus chanceux, ont pu admiré dans le spectacle "Biolon Performance" -c'était le temps d'avant- un numéro ou marteau et clou en main, le professeur Kishtok interprétait, forcément avec brio, "Au Clair de la Lune" !

Les plus naïfs ont sans doute pensé qu'il s'agissait là d'une simple pochade, un tour clou-nesque mais que nenni car cet exploit reposait sur de sérieux antécédents historiques ;

Le violon de fer

ou

The nail violin


Nicolas Bras, farfeluthier de haut vol, offre la démonstration suivante ;


Et voici encore une chose bien sympathique ! (oui, ce jeu de mot est certes un peu facile mais parfois céder à la facilité est aussi sombrer dans l'évidence !)


Une autre vidéo, très sérieuse ;


Moralité, ne vous mettez pas martel en tête, cet article vaut bien un clou...

jeudi 4 mars 2021

L'édito du moi !

mars 2021


 
 
Question d'organologie... et n'y voyez aucun rapport avec l'actualité et le confinement des parties intimes ! L'organologie est la science des instruments de musique.

Voici une vièle à archet trouvée -à un prix très modéré- dans une ressourcerie.
Il s'agit-il d'un Ravanatha, instrument du Rajasthan Indien.
 
 

 
Des cordes sympathiques en métal et la corde de jeu en crin, excentrée du manche en bambou, un archet avec des grelot, caisse de résonnante en noix de coco et une peau (probablement pas humaine !)

 
 
Et maintenant la première leçon ;
 

 
Et maintenant seconde leçon ;



Et maintenant troisième leçon ;


Voici un beau projet d'évasion...

 

dimanche 31 janvier 2021

L'édito du moi !

février 2021


 

N'est-il pas étrange que le violon dans son intense variabilité, tant du point de vue de la lutherie que des formes musicales, ne bénéficie, dans le dictionnaire "Le Petit Robert 1986" que de cette très ou trop aride définition :

V i o l o n :

"Instrument de musique à quatre cordes accordées en quinte,

que l'on frotte avec un archet."

 

C'est du brutal ! De l'expéditif ! Voire même de l'approximatif !

La Violonologie, entre sagesse et subtilité, relève le défi, sur les traces des Queneau et consorts, par le jeu des adjectifs...

 



___________________________

 

Maintenant, voici un autre complément définitionnel ; chaque verbe et nom est substitué par sa définition (le même Petit Robert 1986, cité plus haut)

 

Objet fabriqué servant à exécuter artistiquement des combinaisons de sons d'après des règles (variable selon les lieux et les époques), à quatre crins ou fils métalliques tendus, mis en vibration en établissant un accord de quinte et où l'on exerce une pression accompagnée de mouvement avec une baguette (autrefois recourbée en forme d'arc) sur laquelle sont tenus des crins.

 

 Chose solide ayant unité et indépendance et répondant à une certaine destination, faite par un travail exécuté sur une matière servant à produire, artistiquement, d'après un plan ou un projet, des assemblages d'éléments dans un arrangement déterminé, donnant des sensations auditives causées par les perturbations d'un milieu naturel élastique, d'après ce qui est imposé ou adopté comme une ligne directrice de conduite (variable selon une portion déterminée de l'espace, et de points fixes dans le temps) à quatre poils longs et rudes qui poussent à la queue de certains animaux ou quatre brins fins de matières textiles voire métalliques tendus, qui se meuvent périodiquement autour de leurs points d'équilibre en établissant un rapport de fréquence (codifiées par les lois de l'harmonie) de cinq degrés et où l'on  exerce une force qui agit sur une surface donnée, accompagnée de changement de position dans l'espace et le temps avec un petit bâton mince et flexible (autrefois recourbée en forme d'arc) sur laquelle sont tenus des poils longs et rudes qui poussent à la queue de certains animaux.

 

Et là, le violon apparaît dans toute sa richesse et complexité ! Non ? ah bon...



vendredi 1 janvier 2021