" Quand un projet vous cheville au corps, il faut trouver des clefs, ne pas rester comme un manche, ni se gratter les boutons, se faire envoyer dans les cordes, bref n’en faire qu’à sa tête ! (volutes n’y pourront rien changer !). Enfin passer tendeur de travail et remettre son ouvrage sur la table, bosser à fond, le moral en hausse, à s’exercer sans filets, d’une marche affirmée du talon à la pointe, impossible de rester sur la touche. Alors pas la peine d’en faire des caisses, soyez tout ouïe, soyons de mèche et gagnons un supplément d’âme ! "

jeudi 1 septembre 2022

L'édito du moi !

 

Septembre 2022


 

Une rentrée à couteaux tirés ? tranchante, taillée dans le vif ?

Le violon n'est pas un second couteau, pour sûr, mais laissez nous vous sortir de ce brouillard à couper au couteau.

Au risque de nous répéter et sans remuer encore une fois le couteau dans la plaie, soyons affutés et affirmons ;

DANS LE VIOLON, TOUT EST BON ! 

Mais connaissez-vous le couteau-violon ?


Le couteau de poche Violon tient son nom de la forme de son manche qui rappelle vaguement celle de l'instrument de musique.  Il serait né en Dordogne.

Plus musical encore et la marque apposé sur le manche des couteaux par l'atelier thiernois, GIMEL.

En voici un d'époque (fin XIXe ?) ;



Un petit, fantaisie ;


Et mon couteau de tous les jours, moderne pas cher et sans doute de fabrication pakistanaise !


Pour plus de renseignement sur cette marque c'est ici


Et ho, voilà un édito travailler au peitit couteau...

Bref, nous n'allons pas vous mettre le couteau sous la gorge mais seulement le violon sur l'oreille !

Aucun commentaire: